« Je veux aller contre l’idée que les femmes sont toujours occupées à séduire »

2. Michelle Williams seduces as Monroe for GQ    As much as I love Michelle Williams, I had my doubts when I first heard she was going to play Marilyn Monroe in My Week With Marilyn. Of …

Michelle Williams en Marilyn Monroe pour GQ

Ces mots ce sont ceux de Phoebe Philo, la créatrice iconique de Céline qui dessine des vêtements tellement différents pour des femmes moins idéalisées que le porno-chic ultra sexy qui a marqué les années 90. C’est une mode en rupture avec une certaines image de la femme que nous donne la mode en permanence, et justement quelle image ?
Si j’écris ce post en commençant par ces paroles issues de l’interview de la styliste pour M le supplément du Monde (http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/09/20/phoebe-philo-met-l-austerite-a-la-mode_3481276_1616923.html) c’est parce que la lecture de l’article dans lequel Phoebe Philo parle de ses convictions, de sa mode à contre courant, de son rejet de la mode qui fait des objets des femmes m’a fait réfléchir. En tant que blogueuse mode et même à ma modeste échelle, je me suis déjà posé des questions sur la façon de parler de mode sans devenir une plateforme publicitaire géante, d’aborder des sujets légers, divertissants parce que ce blog c’est mon défouloir et je le veux détendant, pas prise de tête et abordant la mode comme un sujet futile ce que pourtant elle n’est évidemment pas. A notre insu et en choisissant nos vêtements dans notre penderie le matin, on fait un acte militant, la façon dont on choisit nos fringues est loin d’être innocent et c’est sûrement aussi pour ça que la mode est une industrie qui fascine.
Et puis ça m’a aussi fait réfléchir en tant que jeune femme. La mode est porteuse de messages, comme elle l’a toujours été depuis les coupes garçonnes et autres flappers qui libérèrent les femmes des twenties jusqu’à une ultra-sexualisation aujourd’hui. La mode nous dit des choses sur l’époque que l’on vit, et en voyant la façon dont le corps est traité aujourd’hui, on peut se poser des questions sur ces messages. A l’heure de la libération de la femme, on continue à les cantonner à des rôles de barbies niaises sur la planète fashion. Globalement dans la plupart des collections, on nous propose une image de femme occupée à plaire, ultra-conquérante en toutes circonstances assez loin de la réalité, loin de protéger la femme, la mode veut nous transformer en warriors exposées et tirées à 4 épingles 24/24. Mais pourquoi ? Forcée de constater que les créatrices femmes sont encore rares dans un milieu où des hommes dessinent pour des femmes (et la parité ?) avec tout ce que ça implique de projections. Je me souviens aussi avoir lu un sondage « pour qui vous habillez vous ? » et la plupart des filles répondaient pour leur mec, rien qu’en penchant la tête de mon ordi pour scanner le look du mien, j’ai pas l’impression qu’il s’habille vraiment pour plaire.
Sinon les filles, quand est-ce qu’on commence à s’habiller pour nous ?

Publicités

8 réflexions sur “« Je veux aller contre l’idée que les femmes sont toujours occupées à séduire »

  1. Magnifique photo de michell williams….en attendant pour ma part sans etre completement affranchit du regard des autres , je m’habille la plupart du temps afin de ME plaire a MOI TOUTE SEULE et c’est déjà beaucoup de boulot! 😉

    So

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s