« Je veux aller contre l’idée que les femmes sont toujours occupées à séduire »

2. Michelle Williams seduces as Monroe for GQ    As much as I love Michelle Williams, I had my doubts when I first heard she was going to play Marilyn Monroe in My Week With Marilyn. Of …

Michelle Williams en Marilyn Monroe pour GQ

Ces mots ce sont ceux de Phoebe Philo, la créatrice iconique de Céline qui dessine des vêtements tellement différents pour des femmes moins idéalisées que le porno-chic ultra sexy qui a marqué les années 90. C’est une mode en rupture avec une certaines image de la femme que nous donne la mode en permanence, et justement quelle image ?
Si j’écris ce post en commençant par ces paroles issues de l’interview de la styliste pour M le supplément du Monde (http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/09/20/phoebe-philo-met-l-austerite-a-la-mode_3481276_1616923.html) c’est parce que la lecture de l’article dans lequel Phoebe Philo parle de ses convictions, de sa mode à contre courant, de son rejet de la mode qui fait des objets des femmes m’a fait réfléchir. En tant que blogueuse mode et même à ma modeste échelle, je me suis déjà posé des questions sur la façon de parler de mode sans devenir une plateforme publicitaire géante, d’aborder des sujets légers, divertissants parce que ce blog c’est mon défouloir et je le veux détendant, pas prise de tête et abordant la mode comme un sujet futile ce que pourtant elle n’est évidemment pas. A notre insu et en choisissant nos vêtements dans notre penderie le matin, on fait un acte militant, la façon dont on choisit nos fringues est loin d’être innocent et c’est sûrement aussi pour ça que la mode est une industrie qui fascine.
Et puis ça m’a aussi fait réfléchir en tant que jeune femme. La mode est porteuse de messages, comme elle l’a toujours été depuis les coupes garçonnes et autres flappers qui libérèrent les femmes des twenties jusqu’à une ultra-sexualisation aujourd’hui. La mode nous dit des choses sur l’époque que l’on vit, et en voyant la façon dont le corps est traité aujourd’hui, on peut se poser des questions sur ces messages. A l’heure de la libération de la femme, on continue à les cantonner à des rôles de barbies niaises sur la planète fashion. Globalement dans la plupart des collections, on nous propose une image de femme occupée à plaire, ultra-conquérante en toutes circonstances assez loin de la réalité, loin de protéger la femme, la mode veut nous transformer en warriors exposées et tirées à 4 épingles 24/24. Mais pourquoi ? Forcée de constater que les créatrices femmes sont encore rares dans un milieu où des hommes dessinent pour des femmes (et la parité ?) avec tout ce que ça implique de projections. Je me souviens aussi avoir lu un sondage « pour qui vous habillez vous ? » et la plupart des filles répondaient pour leur mec, rien qu’en penchant la tête de mon ordi pour scanner le look du mien, j’ai pas l’impression qu’il s’habille vraiment pour plaire.
Sinon les filles, quand est-ce qu’on commence à s’habiller pour nous ?

Slow down and take a break, 10 clés du lâcher prise

Calme toi, respire, ferme les yeux et profite une minute du moment présent…

C’est ce que j’ai souvent envie de dire à mon entourage quand j’étouffe et à moi même quand je doute.

Dans nos vies hyperactives, survoltées où il faut être toujours plus actif, quand on doit être à la fois une employée modèle/petite amie idéale/sœur de rêve/amie confidente/et même une super maman pour certaines, on court toujours après le temps, on veut tellement tout faire, être le meilleur.

Mais non ce n’est pas grave si ce week-ed tu n’arrives pas à boucler ton boulot/faire les soldes/ aller à cette soirée/finir l’article pour le blog. On enchaîne les expériences sans en profiter réellement, toujours à penser à ce qu’on fera ensuite, au final notre génération ultra-libérée est très angoissée par son lendemain.

J’ai pris du temps à  comprendre l’importance de lâcher prise de temps en temps, de savoir se battre pour ce qui comptait et puis pour le reste, bah laisser faire, tout ne peut pas être parfait.

Voilà mes dix meilleurs trucs pour relativiser un peu dans nos vies survoltées par une parisienne vraiment ultra-stressée qui essaie de se soigner:

  1. Réapprendre à passer un peu de temps seul. Quand j’ai du temps libre, et ben comme réflexe j’appelle mes amis, « ça te dirais qu’on sorte ? ». On passe rarement du temps seul juste en tête en tête avec soi-même mais pourtant passer une soirée tranquille chez soi en pyjama devant un bon film c’est peut-être encore le meilleur moyen de se détendre.
  2. Déconnecter mais déconnecter pour de vrai. Eteins ton portable et ne va pas checker Facebook de la journée parce que ça c’est le genre d’activité totalement addictive (si reconnaissez-le) qui ne nous aide pas forcément à nous sentir bien (selon un sondage américain la plupart des gens se diraient déprimés par leur vie après avoir passé du temps sur les profils de leurs proches)
  3. Se réserver un moment dans la semaine pour faire ce qui nous plait à nous et seulement à nous. Il n’y a pas seulement le boulot/les cours dans la vie. C’est une personne qui a stagné à 10 de moyenne en sport pendant tout son parcours scolaire qui vous le dit: faire du sport aide à se sentir mieux, oui même si vous êtes nul(le)s parce qu’on a un corps qu’on néglige le plus souvent quand on a le moral dans le chaussettes
  4. Apprendre à dire non et à ne pas le regretter. On ne peut pas tous faire tout le temps et il faut savoir dire non quand on en assez, on est pas wonderwoman, on ne peut pas toujours prendre sur nous. Quand c’est trop, c’est trop.
  5. Distinguer des priorités. Hiérarchiser toutes nos trucs à faire en plusieurs catégories pas urgent/urgent/très urgent, ça aide à voir plus clair
  6. Etre organisé. L’organisation ?! mais qu’est-ce que ça vient faire dans un article sur le lâcher prise ? Justement un peu comme le point précédent, ce qui est le plus stressant c’est de ne pas savoir où on en est, il faut se faire des plannings, prévoir quand on va faire quoi et c’est à ce moment-là qu’on est vraiment l’esprit libre, prêt à se détendre.
  7. Prendre le temps de vivre, de faire les actions de tous les jours, prendre le temps de cuisiner des vrais plats au lieu de plats cuisinés, de s’habiller le matin (c’est là qu’intervient ce blog :)) au lieu d’enfiler le premier vieux pull en V qui passe parce qu’avoir un mode de vie dégradé c’est vraiment déprimant (une étudiante qui essaie de ne pas manger que des pâtes)
  8. Le bonheur se cache dans les moments de tous les jours, pas forcément dans des moments extraordinaires. On est toujours à la recherche de super opportunités pour lesquels on dépense un maximum d’énergie sans se rendre compte de la chance qu’on a déjà. Il faut positiver et se réjouir, s’émerveiller pour ce qui est autour de nous
  9. Profiter de ces moments de lâcher-prise pour réfléchir à ce qu’on veut vraiment, d’essayer de se connaître soi-même (vaste concept). Qui on est, est-ce qu’on vit vraiment en accord avec nous-même, est-ce qu’on ne serait pas influencés au fond par les autres ?

Ce post reflète bien mon état d’esprit du moment, je n’avais pas l’envie d’écrire sur un sujet fashion ou autre mais je m’y remets dès la semaine prochaine, j’espère que ça vous a plu 🙂

XX Perle

La jalousie, cette fille de ****

Y a des filles qui débarquent à 8h du mat’ le make up impecc’, fringuées comme si elles allaient à la fashion week, souriantes et drôles alors que t’as passé la soirée (ok la nuit) à boucler tes dossier/devoir/révisions résultat tu as une tronche de zombie et t’as enfilé un très vilain pull vert qui jure avec l’écharpe rose attrapée à l’arrache ce matin.

Oui y a des gens organisés

Y a des filles qui sont toujours casées tu sais pas comment et qui une semaine après avoir cassé ont déjà rencontré quelqu’un d’adorable alors que t’arrives pas à te remettre de ce ****** qui t’as lâché.

Oui il y a des gens doués

Y a des filles qui sont brillantes, qui sont nées avec des algorithmes inscrits dans leur ADN tellement elles comprennent plus vite qu’un MacBook air alors que toi tu rame péniblement genre Minitel.

Oui y a des gens intelligents

Y a des filles qui naissent avec une famille parfaite, c’est la famille de Barbie quoi quand t’as à gérer le divorce de tes parents/ton frère qui tourne mal/tes grands parents qui pètent un plomb et que tu fais tout pour éviter un coup de téléphone et que tu te retrouves à culpabiliser.

Oui il y a des gens chanceux

Y a des filles qui ont une vie sociale ultra-chargée genre impossible de prendre un café avec toi sauf entre 15h15 et 15h30 et encore en coup de vent et t’as l’impression qu’elles passent leur vie en soirée alors que tu te retrouves le samedi soir au ciné avec ta mère (encore elle)

Oui il y a des gens sociables

…..

Mais le truc c’est qu’il y a des personnes qui cumulent toutes les qualités et tous les talents et sont un contre-exemple vivant à la théorie selon laquelle les qualités sont distribuées également par Mère Nature (sait pas compter celle-là).

Et oui elles t’énervent; et oui elles te découragent; et moi aussi….

Sauf qu’en fait personne n’est parfait et la vie est plutôt loin de l’être donc ces filles elles existent pas. C’est toi qui les as inventées. On vit dans un monde où Barbie sera toujours une mini Paris Hilton en plastique et jamais une réalité et pour trouver Ken, va falloir chercher ma cocotte. On est toujours la fille parfaite pour quelqu’un d’autre vu qu’on fait tous semblant en essayant tant bien que mal de garder nos blessures secrètes pour nous.

Agacée de pas réussir à atteindre mes objectifs sur plusieurs plans mais essayant de ne pas désespérer (lève toi et lutte !!), je vous souhaite une très belle semaine 🙂

XXX Perle

Summertime sadness

Chaque année en revoyant les lumières de Paris dans la nuit quand je rentre de vacances j’éprouve toujours tellement de mélancolie en pensant à tous les moments de mon été qui est vraiment une période de l’année où tout est possible, vacances entre amis entre la mer et les soirées estivales, même si ça fait très cliché c’est l’impression que j’en retire chaque fois, des journées passées en maillot de bain avec un bon bouquin à rêver, insouciante et forever Young. Du coup quand il s’agit de reprendre le métro et de se replonger dans la vie de tous les jours, c’est plutôt dur. Ok très très dur.

Each year, as I see the lights of Paris in the night when I drive back home after holidays, I feel always so melancholic thinking about all the moments of my summer which the time of the year when everything is possible, holidays with friends spend between the see and parties, even if it is very cliché that’s the impression I have each time, days spens in swimsuits with a book, dreaming, carefree and forever Young. That’s why when I have to get in the parisian metro again and be back to my everyday life, that’s pretty hard. OK, very very hard.


<img href="http://24.media.tumblr.com/6b1abc1931a09aecdd8707139acf5795/tumblr_mm6s8xmrLc1s5y8yao1_500.jpg"
http://pourquoi-pas-perle.tumblr.com/

3,2,1… Go !

Voilà ! Je suis très excitée de commencer la rédaction de ce blog où j’aimerais parler de différentes choses mais surtout de ce qui m’inspire tous les jours dans ma vie de jeune parisienne très « jeune fille en fleur ». J’ai toujours été touchée par la beauté, la fantaisie et la grâce qui se cachent dans les instants de tous les jours, je suis une fashion addict qui se soigne mais aussi une accro aux belles images, aux vidéos craquantes et à Paris, encore Paris et toujours Paris !!

Here it is ! I am very excited to start redacting this blog where I would like to talk about different stuffs but mostly of my inspirations in my everyday-life of Young Parisian, very « jeune fille en fleur ». I have always been moved by beauty, fantasy and grace hidden in the everyday-life moments, I am a fashion addict trying to stop but also fond of beatiful photos, funny videos and in love with Paris, again and always !